mardi 23 juillet 2013

Parfois nos références nous imposent des émotions qui nous ferment à toute communication pour ne pas avoir à affronter la réalité. Il n’est pas utile de confronter ces références! Laissons-leur l’impression de vaincre! Comme un vent calme et silencieux, assumons ce qui s’offre à nous comme apprentissage. Si nos références nous imposent une intensité émotionnelle qui nous fige, elle ne durera pas indéfiniment. Nous assumerons en temps opportun. 

Serge Drouin