mardi 23 juillet 2013

Nos références de base nous incitent à rejoindre l’autre pour communiquer et enrichir notre personnalité. Cette pulsion est aussi élémentaire que celle qui nous pousse à nous nourrir. Quand nous prenons conscience que ce ne sont que des références en nous qui nous font agir avec imbécilité, nous dédramatisons nos faiblesses. Par cette prise de conscience, nous pouvons apprendre à garder une saine distance sur nos émotions qui dramatisent nos bêtises. Cela favorisera l'acceptation des apprentissages que nos références considèrent désagréables à vivre! 

Serge Drouin