samedi 20 juillet 2013

Au lieu de dire : ¨Tu m’as fait mal¨, on doit dire: ¨Je suis mal à l’aise avec ton action¨. 
La communication en ¨Je¨, plutôt qu’en ¨Tu¨, pourrait-elle affaiblir le développement de notre esprit critique?
Pourquoi chercher à protéger l’immaturité émotionnelle d’une personne en ne s’exprimant que par le ¨Je¨ ? 
Ne vaudrait-il pas mieux rendre moins fragile celui que l’on souhaite protéger? 
Une saine communication favorise l’écoute d’une critique mutuelle et constructive.
Sous toutes formes de communication se cachent des vérités difficiles à entendre mais qui feront grandir les personnes qui ont développé une attitude mature.
La résilience humaine serait-elle possible sans des apprentissages percutants qui suscitent notre intelligence et notre sensibilité?


Serge Drouin