dimanche 13 octobre 2013

Nous n’avons rien perdu de l’émerveillement de notre enfance. L’enfant n’a que deux ou trois préoccupations. Nous en avons une multitude qui nous sont imposées par les adeptes d’un système économique en manque d’intelligence sociale. Si ses parents ne comblent pas ses besoins, s’il tombe malade ou meurt de faim, il ne s’émerveillera devant rien. Il en va de même pour nous! Les personnes qui affirment le contraire sont des bien nanties qui ne savent pas qu’elles le sont!

Serge Drouin
Mon livre gratuit, sans conditions :
https://sites.google.com/site/apprendrepoursaccomplir/